Bienvenue sur le site officiel des Jeux Méditerranéens Oran 2022

Les Jeux, ça coûte cher

Tous les événements d’envergure ont un coût. Les manifestations sportives n’y font pas exception. Elles peuvent chiffrer en million voir milliards de dollars. Il s’agit d’investissements colossaux consentis par les pays organisateurs qui établissent des plans de charges sur plusieurs années.

Des exigences claires

Des études approfondies sont réalisées pour chaque dossier avant l’attribution d’une compétition à caractère olympique à un pays ou une ville. Les comités d’organisation reçoivent des candidatures qu’ils examinent minutieusement en mettant en balance la qualité des infrastructures des candidats et surtout leurs projets d’investissements.

Il y a toute une logique sportive, économique, touristique et urbaine à développer avant la seule ambition du prestige d’être organisateur d’un événement mondial. Le processus de formation des athlètes doit être intensifié et les commerces et activités concernés par la compétition doivent être mis à niveau. De nouvelles villes ont été créées ou métamorphosées pour répondre aux lourdes exigences de telles manifestations à l’image de la ville de Saint Denis à l’occasion de Paris 2024 qui est passée de banlieue défavorisée à nouveau quartier d’affaires chic en devenir.

Le modèle Barcelonais

Il est intéressant de rappeler que toutes les olympiades de ce dernier demi-siècle ont été des gouffres et des échecs financiers pour les villes organisatrices à l’exception des Jeux de Barcelone 1992 qui en ont profité pour redynamiser la capitale Catalane et en faire une véritable métropole.

Il est primordial de prendre en compte ces éléments et de capitaliser sur l’organisation des Jeux Méditerranéens d’Oran 2022 à l’instar de la ville Espagnole. Oran a besoin d’investissements importants pour accompagner la nouvelle Algérie dans le rayonnement qu’elle mérite avant de faire cap sur d’autres challenges internationaux.

X